Mon Dada

Publié le par seven

Pour introduire certains billets, il faut que je vous présente ma marotte. Je m'intéresse à une maladie neurologique fréquente: l'épilepsie (1% de la pomulation quand même!). Et plus particulièrement à ce qui se passe au niveau éléctrophysiologique et neurochimique quand tout s'embrase. Globalement, on peut dire qu'une crise d'épilepsie est un court-circuit au sein du cerveau: elle est due à l'activation hyper synchrone et anormale d'une population neuronale. Les symptômes d'une crise sont extrèmement variés, puisqu'ils dépendent de la zone du cerveau concernée par la décharge électrique. Parfois une cause est facilement trouvée: une tumeur, un traumatisme crânien...et parfois on ne touve rien (ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a rien, mais probablement que nos techniques d'imagerie ne sont pas encore assez performantes).

 

Quoiqu'il en soit, lors la maladie épileptique est due à une hyperexcitabilité de ces fameux neurones. Ceux-ci reçoivent à chaque instant une foule de signaux excitateurs et inhibiteurs. Et ça, ça se passe au niveau des fentes synaptiques, c'est-à-dire la jonction entre deux neurones.

Et bien moi, ce qui me branche c'est une des petites bêtes qui cherche à endormir les neurones pour qu'ils ne s'excitent pas. C'est un neurotransmetteur inhibiteur qui s'appelle GABA ou acide gamma amino butyrique.

 

Il agit au niveau de récepteurs présynaptiques (type B, que je connais peu) et post-synaptiques de type A. Et ceux-là sont PASSIONNANTS: ils sont composés de 5 sous unités, qui peuvent être de 10 types différents (alpha, beta...) au moins (celles qu'on a identifiées pour l'instant). Les propriétés de ces récepteurs GABAA diffèrent en fonction de ces sous unités. On se rend compte que la répartition de celles-ci diffère avec les régions cérébrales, mais aussi avec l'âge, et ce de façon physiologique, normale. Mais elle peut aussi se modifier lors de processus pathologiques, tels que l'épilepsie,grâce à (ou à cause de) la plasticité neuronale. Cause ou conséquence, ce n'est pas toujours très clair.

 

Bon, pour une présentation, ça suffit peut-être. Mais le meilleur est à venir: vous l'aurez subodoré, c'est la diversité des récepteurs et leur plasticité qui ouvre des perspectives à peine sondables...

 

Miam miam miam on va se régaler!

Publié dans GABA

Commenter cet article