Science dure, science molle.

Publié le par seven

Je voulais parler d'un truc qui m'a "interpelée" '(je n'aime pas cette expression, mais bon). Je ne fais pas de sciences "dures", et les question scientifiques qui m'occupent sont vraiment expérimentales. J'ai l'impression que toute démonstration physique ou mathématique même formelle, a des racines empiriques. Et que finalement,  de façon certes très simpliste, elle tend à trouver des "lois universelles", applicables donc à grande échelle dans la nature, voire même l'univers!!!. J'avais notamment en tête le nombre d'or, Pi..

 

Un exemple qui me semble rigolo: un copain physicien a fait une thèse sur la porosité des roches. Il me sera difficile d'être très technique, je n'y connais vraiment rien de rien, mais grossièrement, il a trouvé une formule qui permet de déterminer le seuil de porosité d'une roche: au sein de celle-ci, des fissures apparaissent, s'étendent, créent un réseau, mais la roche reste "étanche" jusqu'à ce seuil X. Une fois celui-ci atteint,  le réseau fissuraire formé permet à l'eau de la traverser. On peut  faire une analogie avec l'épilepsie (ça c'est plus mon domaine): entre 2 crises d'épilepsie, les neurones malades hyperexcitables génèrent des "pointes" anormalement (potentiels d'action), et à un moment, ces pointes ne restent plus localisées mais vont diffuser aux neurones adjacents (ou éloignés mais appartenant au même réseau) et une crise d'épilepsie survient. Aujourd'hui, on ne sait pas vraiment ce qui permet cette propagation.

 

Peut être que je délire, mais je trouve ces deux phénomènes tout au moins comparables. Et il doit y en avoir d'autres. A mon sens ils appartiennent tous les deux à la problématique des réseaux. Et peut-être y a-t-il une démonstration formelle avec une loi universelle qui régit tous les réseaux, donc.

 

Finalement, je trouve que les ponts entre recherches "dure" et "molle"sont difficiles à trouver en pratique. Et j'ai l'impression que ces échanges seraient très enrichissants pourtant.

Publié dans Réseaux

Commenter cet article

Julliette 18/12/2006 09:03

Hello Seven!
Merci de nous livrer tes réflexions et de nous permettre de réfléchir "un peu au dessus du bitume". Je ne connais alors rien de rien de rien à toutes ces notions scientifiques en revanche le parallele avec les réseaux humains est étonnant. En effet, on parle de "marketing viral" ou comment une idée , une mode, un ouvrage, un projet, .., se propage. Pourquoi celui ci reste confiné et celui ci devient planétaire. Un des éléments de propagation est le "point de bascule" (lire le livre éponyme) li est un stade jusqu'auquel tout reste relativement contenu et au dela duquel rien n'est plus maîtrisé et la diffusion se fait à une vitesse étonnante auprés d'un nombre de personne exponentiel. Cependant on dit que les premiéres personnes "contaminées" qui peuvent relayer le message jusqu'au point de bascule  sont des personnes au profil trés particulier ... un peu long (et peut etre ennuyeux !) à décrire mais j'aime tellement cette idée des "fractales". Il est des lois, des symboles, des résonnances universels ...  merci  de nous permettre de l'éffleurer!

Tom Roud 17/12/2006 23:08

Salut Seven ! Et bienvenue sur la blogosphère !En physique, ce genre de choses est (relativemnt) bien connu. Il y a une notion qui s'appelle "universalité" ou "classe d'universalité" en physique statistique; à savoir que des mécanismes différents ont en fait des propriétés communes, "universelles". C'est très bien connu pour tout ce qui est transition de phase, au sens large, ce qui ressemble beaucoup à ce que tu décris là. Dans la théorie des systèmes dynamiques aussi, les transitions d'une phase stable à une phase oscillante sont "classifiées" en bifurcations, dont la nature ne dépend pas des détails du modèle considéré (typiquement, bifurcations de Hopf, bifurcations noeud-col...).

seven 17/12/2006 23:21

Merci Tom! Je vais potasser ces termes nouveaux pour moi...Je me disais bien que la question avait déjà dû être soulevée!