Tu me donnes la main? (1)

Publié le par seven

J'aurais pu faire un commentaire chez Tom http://tomroud.blogspot.com/2007/01/talks_4906.html, mais ce sujet me tient trop à coeur pour que je n'entouche pas un mot sur ma page à moi. Du coup je m'autorise un petit billet, sortant du cadre "scientifico-scientifique" que je m'étais fixé. (Après tout, c'est qui qui commande ici!? (1)

 

Il  était question de la collaboration multidisciplinaire en général, et Physique-Bio en particulier. A mon sens, les travaux de modélisation de phénomènes biologiques, s'ils n'ont pas de retombées immédiates expérimentales, constituent une approche complémentaire, différente et indispensable. En épileptologie par exemple (je ne peux pas m'en empêcher, faut que je case ce mot de temps en temps), des travaux cherchent à montrer que l'activation neuronale se fait de façon chaotique au sens physique du terme. En admettant qu'ils aient raison, ça ne guérira pas tous les patients, c'est certain. N'empêche que la bonne compréhension d'une pathologie est souvent indispensable à son traitement efficace. De façon plus générale, tout ce qui relève du traitement du signal (électro ou magnéto-encéphalographie par exemple) a été mis au point par des matheux et physiciens. De même pour toutes les techniques d'imagerie, du vieux microscope binoculaire au tout nouveau biphoton au niveau cellulaire, des rayons X à l'IRM à l'échelle macroscopique. Et ça, c'est du quotidien!

Il y a encore quelques (centaines) d'années, les plus grands savants étaient à la fois philosophe, mathématiciens, physiciens, biologistes... Et des découvertes fondamentales ont été réalisées. Comme actuellement le degré de spécialisation est tel qu'il devient difficile(2) (c'est un euphémisme) d'être multi-performant, il faut trouver un chemin détourné pour y parvenir. A mon avis, c'est celui de la collaboration directe, ou via des ouvrages et revues de vulgarisation multidisciplinaire, voire les blogs! (qui sait..?). Et j'ai des tonnes d'anecdotes pour soutenir cette thèse. Je vous épargnerai leur lecture, rassurez-vous. (D'autant plus que ça n'aurait pour conséquence que de vous faire quitter cette page. Vous vous en doutez, ce n'est pas mon souhait. Mais ce que je souhaite ne compte pas dans le choix de vos lectures, et c'est bien normal. D'accord, j'arrête.)

 

Et puis, ne serait-ce qu'intellectuellement égoïstement, narcissiquement, c'est très stimulant d'échanger avec un chercheur (c'est pas facile à lire, hein, "échanger avec un chercheur"?!)utilisant des outils différents pour étudier un même phénomène. En tous cas je trouve. Ca fait bouillonner les neurones, et parfois même, j'en suis sûre, sécréter des endorphines!

 

Et voilà en condensé ce que je  pense. Et ce qui serai bien, c'est qu'on travaille comme ça: (c'est mimi, hein?) 

(1) Il est cruche, ce titre, n'est-il pas? C'est fait d'exprès. (4)

(2) Formulation de la chefferie.

(3) D'accord, impossible.

(4) Je l'ai déjà écrit, sous une autre forme: ici, c'est moi le chef.

Publié dans Divagations diverses

Commenter cet article

Tom Roud 26/01/2007 03:36

Je n'ai pas trop développé sur mon blog, mais le plus difficile, en fait, c'est de se mettre à la place de l'autre, de comprendre sa façon de penser (on dirait un cours de psycho). Par exemple, un physicien va essayer de chercher les phénomènes universels, généraux. Un biologiste au contraire va essayer de comprendre tous les détails. Du coup, les démarches peuvent être totalement opposées : un système intéressant pour un physicien ne va pas intéresser le biologiste (qui va estimer que l'approche n'est pas assez détaillée, et donc va reprocher aux théoriciens de ne pas aller dans les détails, d'être un peu fainéants, d'où aussi une certaine réputation de charlatanisme des physiciens chez les biologistes), un système détaillé par un biologiste ne va pas être intéressant pour les physiciens (beaucoup trop détaillé, plein de choses inutiles; les physiciens ont parfois l'impression du coup que les biologistes sont un peu obtus). Une fois qu'on a compris les différentes approches, on peut essayer de trouver un terrain d'entente, mais ce n'est pas forcément facile. Cela fait quasiment un an que je vais parler toutes les semaines avec des biologistes sur un sujet qui m'intéresse beaucoup, mais rien n'en sort parce qu'on n'a toujours pas trouvé un problème susceptible d'être soluble par une approche commune...Sinon, si tu aimes le chaos et la médecine, il y a eu pas mal de travaux sur les instabilités dans les milieux excitables, qui s'appliquent je crois assez bien à la modélisation de la fibrillation du coeur !

seven 26/01/2007 13:03

Salut Tom! C'est sûr que c'est difficile. Mais je suis persuadée que ça ne peut faire qu'avancer les projets.
"Par exemple, un physicien va essayer de chercher les phénomènes universels, généraux. Un biologiste au contraire va essayer de comprendre tous les détails"
A mon avis c'est justement l'intérêt de cette collaboration: en bio, un "problème" est que la complexité des systèmes ne peut aller qu'en augmentant avec la connaissance que nous en avons. (Ca pose de vraies questions, quasi-philosophiques en terme d'objectifs de recherche, mais on en causera un autre jour)...Le nombre de voies métaboliques, de protéines impliquées,d'interactions (etc) décrites explose littéralement. Il suffit de regarder les schéma récapiltulatifs des connaissances actuelles pour un système donné (au hasard, celui des récepteurs au glutamate): c'est quasiment illlisible!!! Les modèlisations permettent de prendre de la distance et d'envisager différemment ces systèmes. Ca ne peut être que bénéfique à moyen ou long terme, même si "en pratique", la manip de laboratoire ne confirme pas le modèle ou est imparfaitement décrite par lui.
En génétique en particulier, quelqu'un capable de modéliser à partir des renseignements cliniques par exemple, le type de transmission d'une mutation, ou bien les interactions entre plusieurs gènes possiblement impliqués dans le développemenr d'une maladie est également plus qu'utile!
 Pour la fibrillation, merci du tuyau. Mais je crois mon coeur, justement, va vers le cerveau!