Aux grands maux les grands remèdes?

Publié le par seven

Un intéressant article paru dans Science ce mois-ci (1), propose un moyen pour arrêter de fumer sans effort. Enfin sans effort… 

 

 

Ils ont étudiés un groupe de patients ayant présenté une lésion cérébrale (vasculaire, tumorale bénigne, ou chirurgie de l’épilepsie) et n’ont retenus que ceux parmi eux  qui étaient fumeurs réguliers (et plus de 5 cigarettes par jour depuis au moins deux ans) avant la survenue de la lésion ou son diagnostic. Puis ils se sont focalisés sur l’insula, petit lobe enfoui dans les  profondeurs du cerveau.

Pourquoi donc elle précisément ? D’abord elle suscite un très grand intérêt depuis quelques années. Chez ceux s’intéressent au cerveau tout au moins. (Je sais. C'est une lapalissade). Ensuite, et surtout, elle traite des informations concernant la représentation corporelle. Des travaux d’imagerie fonctionnelle montrent son implication possible dans les sensations émotionnelles conscientes (traduction bancale) et en particulier le besoin impérieux de drogue(« drug urge », ma traduction est moyenne).

 

Et bien figurez-vous que les patients présentant une lésion de cette fameuse insula avaient significativement plus rompu avec leur addiction au tabac (disruption of smoking addiction, définie par un arrêt du tabac facile, immédiat (le jour même de la lésion), sans rechute et sans plus ressentir de besoin impérieux de fumer) !

 

Les auteurs proposent que l’insula joue un rôle dans l’addiction en anticipant le plaisir apporté par la drogue au corps soit directement, soit parce que sa consommation évite le phénomène de manque. Ensuite, ils disent que c’est drôlement bien de le savoir, que ça ouvre des perspectives thérapeutiques médicamenteuses d’aide au sevrage, en ciblant des récepteurs spécifiques de l’insula. Sauf qu’on n’en connaît pas encore.

 

Par contre (sûr que je ne suis pas la seule à y avoir pensé)...on sait très bien implanter des électrodes dans le cerveau, c'est la stéréoencéphalographie (SEEG). Et on sait très bien en placer une dans l’insula. Et on sait faire des lésions très focales avec une technique appelée thermocoagulation...

 

D’accord, c’est de la provoc’, mais la balance bénéfice-risque est discutable...

 

JE BLAGUE !!!!!!! Jamais on fera ça ! Enfin...

 

Je précise que ces techniques sont utilisées aujourd’hui seulement dans le cadre du bilan préchirurgical et du traitement de l’épilepsie.

 

(1) Damage to the insula disrupts Addiction to Cigarette Smoking. Naqvi et al. Science. 2007 315;531-4

 

Image 1: Rehkämper (1998) Funktionelle Neuroanatomie. Springer Verlag, Berlin

Publié dans Physio Neuro

Commenter cet article