To be or not to be...

Publié le par seven

Il y a quelques mois est paru dans Science (1-2) un article "pavé dans la mare" comme on dit. Dans la mesure où il fait progresser la conception que l'on se fait des états dits végétatifs. Il s’agit de stade de vigilance dans lequel un sujet semble réveillé, mais pas conscient.

Inutile de préciser qu’en déterminer les critères diagnostiques représente un enjeu considérable.(Mais c'est fait). Des assemblées d’experts se réunissent régulièrement pour les évaluer à la lumière d’éventuelles avancées des connaissances... Aujourd’hui, on s’appuie essentiellement sur des données cliniques et électrophysiologiques (potentiels évoqués, électroencéphalogramme).

Certains patients sortiront de cet état, d’autres pas. Le pronostic dépend, entre autres, de la cause des troubles. Ainsi, le délai avant de considérer comme « persistant » un état végétatif post-traumatique est actuellement de 12 mois.

Les auteurs rapportent le cas d’une jeune femme de 23 ans, victime d’un accident de la voie publique (AVP) avec traumatisme crânien sévère à l’origine de lésions cérébrales multiples. Cinq mois après l’accident, elle répondait aux critères d’état végétatif. Ils ont alors évalué la compréhension orale du langage en IRM fonctionnelle (IRMf). Pour cela, deux séries de tâches ont été réalisées chez la patiente, et les résultats comparés à ceux de sujets sains.

Expérience 1. La première consistait en une tâche de compréhension du langage oral. Deux types de séquences verbales étaient prononcés: des phrases ayant une signification, certaines comportant en plus des mots ambigus (plusieurs sens possibles) ; et des suites de phonèmes dépourvues de signification.

Résultats 1 : similaires chez la patiente ! Les mêmes régions, responsables de la perception et du traitement sémantique de l’information étaient activées…Cependant, cela ne suffit pas pour parler de « prise de conscience consciente » en français, plus explicite en anglais à mon avis « conscious awareness ». En effet, des manips réalisées chez des sujets endormis ou anesthésiés avaient obtenu les mêmes réponses. Et chez ces derniers, question conscience, on a vu mieux… 

Expérience 2. Au cours de celle-ci, les auteurs ont utilisé une tâche d’imagerie mentale, du style imaginez-vous en train de jouer au tennis, ou alors visitez chacune des pièces de votre maison. Donc plus complexe, et nécessitant a priori non seulement d’entendre (de percevoir) les sons, de les traiter, de les comprendre, puis de faire mentalement les actions.

 Résultats 2 : là encore, et bien plus troublant, les résultats de la patients sont superposables à ceux des sujets sains…

 

Ces données tendent à démontrer qu’une personne ne présentant « apparemment » aucun signe de conscience, l’est cependant suffisamment pour activer son cerveau de façon adaptée à la demande.

 

Certes il s’agit de résultats bien préliminaires. Une patiente seulement, un recul insuffisant pour savoir de quelle façon intégrer ces informations à l’évaluation des chances de récupération d’un degré « normal » de conscience. Et la patiente en question, douze mois après l’AVP n’a pas récupéré… Mais ils sont à mon sens très prometteurs. Ils  ouvrent en effet la  porte à une meilleure compréhension de ces états frontières. D’abord, comme le suggèrent les auteurs peut-être, serait-il possible en faisant varier le paradigme expérimental, de savoir ce que pensent, ressentent ces patients. Ensuite, l’IRMf pourrait contribuer à mieux définir ces troubles de la conscience. Et ainsi renforcer une décision de poursuite des soins. A l’inverse, il parait inconcevable qu’elle apporte des arguments contre celle-ci, les faux négatifs étant toujours possibles.

 

(1) Detecting Awareness in the Vegetative State. Owen et al. Science. 2006, 313 :1402.

Science. 2006, 313 :1402.

(2) Toujours un pb avec Bibliovie et mon accès aux revues...

Publié dans Physio Neuro

Commenter cet article

clovis simard 03/07/2011 14:02



Bonjour,


 


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.


 


Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


 


Page No-15, THÉORÈME DE LA SIGNIFIANCE


FERMI et ANTHROPIQUE.


 


Cordialement


 


Clovis Simard