Cannabis et maturation cérébrale.

Publié le par seven

Ouh la la ! A ce stade, ce n’est plus une pause, c’est une hibernation, une mise en jachère, un presque abandon. Bref, ce blog a été silencieux bien longtemps.

Et alors que je voulais y remédier efficacement aujourd’hui, des forces surnaturelles se sont liguées contre moi (Non je ne suis pas paranoïaque. Et ne me regardez pas comme ça: je vois bien que vous m’en voulez. Et ça ne va pas s’arranger avec la suite, si ça se trouve…). Ces forces, donc, ont manifesté leur hostilité en faisant bugger mon accès à Science. Or l’article qui m’avais alléchée est précisément dedans (1). C’est bien une preuve qu’elles m’ont choisie comme cible, ces forces malfaisantes.

J’ai quand même pu lire l’abstract, c’est déjà ça. Le point de départ est que le tetra-hydro cannabinol (ça en jette, hein), bref le cannabis, la marijuana, le shit, donc consommé pendant la grossesse, a des conséquences cognitives pas sympa pour le fœtus. Jusque là, on ne savait pas pourquoi précisément.

Eh bé les auteurs ont étudié les endocannabinoïdes, substances synthétisées et libérées normalement dans le cerveau. Parce que oui, pas besoin d’en fumer, on en fabrique ! Quand je vous dit que notre formidable cerveau a tout prévu pour notre plaisir : endorphines, cannabis…

Bref, ils ont chercher à savoir 1) s’ils jouaient un rôle dans la maturation cérébrale au cours de la gestation, et 2) si oui lequel.

            1) Oui. Vous aviez deviné.

            2) Et lequel ? Il semble bien qu’ils sont des acteurs essentiels pour :

                         -la formation des synapses impliquant les interneurones (neurones intercalés entre deux neurones, c’eeeeeeeeest ça !) GABAergiques (encore le GABA !)

                        -la pousse des axones, c’est-à-dire du prolongement neuronal (bah oui, on parle de pousse axonale, c’est comme ça).

Tout est bien organisé, et bien dosé. Mais un apport de cannabinoïde exogène perturbe ce système, et donc le développement.

 

Et en plus, le shit,  c’est pas bon pour la mémoire. Na. Mais je ne m’étendrai pas. Et oui je suis une vieille réac’.

 

(1) Berghuis P, Rajnicek AM, Morozov YM et al. Hardwiring the brain: endocannabinoids shape neuronal connectivity. Science. 2007. 316(5828):1212-6.

Publié dans GABA

Commenter cet article

Cours Cannabis 06/08/2009 23:04

Sympa l'article! Je me permet de compléter un peu ton article via ce lien pour connaitre les effets du cannabis sur l'organisme : Cours de médecine sur le cannabis

Ministry of Cannabis 17/01/2008 18:23

Une salutation par Ministry of Cannabis, une Banque du graines de marijuana avec siège à Amsterdam, Pays-Bas, créateur de graines de white widow.

marianne 06/08/2007 23:01

très interressant ton blog
a bientot

Tom Roud 27/05/2007 21:15

Welcome back !" Quand je vous dit que notre formidable cerveau a tout prévu pour notre plaisir : endorphines, cannabis…"Juste une question : ces petites substances ont-elles quelques propriétés chimiques particulières, ou potentiellement, n'importe quelle substance chimique pourrait jouer le même rôle (par exemple on pourrait imaginer un monde parallèle ou un mutant où la morphine et la caféine ont des rôles inversés...) ?

seven 27/05/2007 21:30

Merci Tom!
 

Le truc, c'est que ces petites substances sont des ligands de récepteurs membranaires spécifiques,
 

            1) métabotropique, qui activent  des cascades enzymatiques
 

            2) ou/et ionotropiques, qui sont des canaux ioniques
 

Donc tout ce petit monde est assez finement organisé, in fine…