Cannabis et allergies.

Publié le par seven

Décidément, vous allez finir par penser que je suis accro…Mais c’est même pas vrai d’abord. Ce sont des résultats intéressants au niveau thérapeutique, c’est tout.

Parlons donc encore du cannabis, et de ses vertus. Les auteurs de l’article paru dans Science (1), ont observé « par hasard », que des souris KO pour les deux types de récepteurs au cannabis, avaient plus de lésions de grattage autour des trucs d’identification en nickel placés dans leurs oreilles, comme la vache qui rit, un peu (KO signifie qu’elles n’expriment pas ces récepteurs).   

Ils se sont donc sérieusement penchés sur la question. Leur hypothèse de départ était que ces petites bêtes souffraient d’allergies de contact : si vous avez dans votre entourage des personnes ne pouvant porter des bijoux en toc, vous savez de quoi je parle. Au passage, c’est un TRES bon argument pour se faire offrir des breloques en or ou argent massifs exclusivement…

Mais revenons à nos moutons. Ils ont donc fait tout plein des tests avec des substances diminuant ou augmentant l’activation de ces récepteurs. Ils ont également recherché les signes de réaction inflammatoire et immunitaire cutanées.

Et à l’issue de tout ce boulot, ils sont arrivés à la conclusion que d’une part, les lésions observées plus fréquemment chez les souris KO sus-citées étaient bien dues à des phénomènes allergiques, et que d’autre part, les cannabinoïdes (oui, pas la fumette) avaient un effet inhibiteur sur ces phénomènes.

Quand on sait que 5% des hommes et 11% des femmes de nos pays industrialisés présentent ce type de pathologie, on ne peut que se réjouir de ces trouvailles. Y’a plus qu’à passer à l’étape suivante : des médocs !

 

(1) Attenuation of Allergic Contact Dermatitis Through the Endocannabinoid System. Karsak M et al. 2007. Science 316 (1494 -1497).

 

 

Publié dans Divagations diverses

Commenter cet article

Sonia Vézina 25/05/2011 00:24



Bonjour !! Il y a 4 ans je consommais beaucoup de cannabis.. à un point même qu'un certain moment donné.. quans jme roulais un joint.. je devenais les doigt engourdis. et si j'avais le malheur de
me gratter la cuisses(exemple) je devenais la cuisse engourdie. Parcontre je n'ai pas arrêté tout suite.. ensuite je ne sais pas si c'était encore le canna qui me fesait ça.. car je consommais
d'autres drogues.. mais je suis devenues avec les 2 jambes engourdies et lourdes... mais jme souviens pas s'il était froide et ce phénomène à durée assez longtemps(des mois). Et puis j'ai décidé
de tout arrêter.. ce qui a durée 3 ans.. et j'e n'avais plus ces sensations désagréables. Il y a pas longtemps j'ai recommencé à consommer du cannabis.. et me revoilà encore avec les 2 jambes
engourdies, lourdes et froides. Et j'ai la taille engourdies(sensations bizard)comme si j'aurait un corsait autour de la cage torasique. Disons que je suis très inquiète.. j'ai 36 ans.. j'aime la
vie.. et le diagnostique que j'ai eu du docteur.. c'est le stresse(ouii j'ai vécu des choses très stressante.. violence conjugale etch) mais j'ai dla misère à croire que le stresse peut faire
autant de ravage.. et comme j'ai déjà eu ces sensations par le passé.. je doute que soit le stresse.. malgré que je vivais des trucs tout aussi stressant dans ce temps là. Mais est-ce possible
que mon allergie au cannabis ai commencé sous forme cutanée.. mais en ne cessant pas.. que j'en ai dévelloppé une plus majeure ? P.S j'ai été très honnetre avec le docteur sur ma conssomation. :)
Merci de me répondre.. !!  



Cours cannabis 06/08/2009 23:08

Merci encore pour cet article. Mais d'où tu connais autant de chose sur le cannabis?

Tom Roud 26/06/2007 22:22

Attends, si je comprends bien, ce sont les récepteurs du cannabis qui inhibent les allergies ?Mais on sait ce qu'ils font d'autres ?

seven 27/06/2007 08:34

Les cannabinoïdes endogènes, donc produits in vivo, modulent la libération des diffrénts neurotransmetteurs: ils sont produits "à la demande" par le neurone post-synaptique, diffusent à travers la membrane (ils sont liposolubles, une des caractéristiques qui les différencient des neurotransmetteurs à proprement parler) et agissent sur les récepteurs situés sur le neurone présynaptique.